INTRODUCTION
pB2

Chers amis,

Lorsque Jésus dans l’évangile de Matthieu, enseigne sur la prière, il commence par une mise en garde : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé ». Puis, pour la première fois, il donna aux apôtres les paroles de cette si belle prière qu’est la prière du Notre Père. « Ne rabâchez pas… » : c’est paradoxal tant cette prière est souvent récitée de façon mécanique, sans intensité et sans âme. Durant cette retraite de Carême, nous allons redécouvrir les mots du Notre Père, leur redonner profondeur et poids. Nous utiliserons cette prière comme un fil d’Ariane qui nous conduit vers le Père. Sur ce chemin nous prendrons trois guides : Sainte Thérèse d’Avila, Romano Guardini et Benoît XVI. Benoît XVI, à la suite d’autres spirituels, propose de lire le Notre Père en commençant par la dernière demande. Elle devient alors comme un chemin qui rappelle celui du peuple d’Israël qui dû quitter le désert, lieu des tentations pour, grâce au don de la manne, parvenir à la terre promise. Nous aussi sommes engagés dans un chemin de conversion pour être délivrés du mal, de la tentation et grâce au pain eucharistique parvenir un jour auprès du Père qui est aux Cieux. C’est ce chemin que nous emprunterons pour qu’en priant avec plus de ferveur, le Seigneur nous façonne et nous transforme.

Père Barthélemy

Benoît XVI

Avant d’entrer dans l’interprétation détaillée, regardons maintenant brièvement la structure du Notre Père tel qu’il nous est transmis par Matthieu. Elle se compose d’abord d’une invocation initiale et de sept demandes, trois d’entre elles sont formulées à la deuxième personne du singulier, quatre à la première personne du pluriel. Dans les trois premières demandes il s’agit de Dieu lui-même dans ce monde ; dans les quatre demandes suivantes, il s’agit de nos espérances, de nos besoins et de nos difficultés. On pourrait comparer la relation entre les deux sortes de demande du Notre Père avec la relation entre les deux tables du décalogue, qui sont en fait des développements des deux parties du commandement principal – l’amour de Dieu et l’amour du prochain – nous conduisant à entrer dans le chemin de l’amour.

Ainsi, dans le Notre-Père, est affirmé d’abord le primat de Dieu, dont découle naturellement la question de la juste façon d’être homme. Ici, il s’agit également d’abord du chemin de l’amour, qui est en même temps le chemin de la conversion. Afin qu’il puisse demander de la bonne façon, l’homme doit se tenir dans la vérité. Et la vérité, c’est d’abord Dieu, le royaume de Dieu (cf Mt 6, 33). Avant tout, nous devons sortir de nous-mêmes et nous ouvrir à Dieu. Rien ne sera à sa place tant que nous ne sommes pas à notre juste place par rapport à Dieu.

Le Notre-Père commence donc avec Dieu et il nous conduit, à partir de lui, sur les voies de « l’être homme ». Pour finir, nous descendons jusqu’à l’ultime menace pour l’homme guetté par le Malin. Ici, peut surgir en nous l’image du dragon de l’Apocalypse, qui mène la guerre contre les hommes « qui observent les commandements de Dieu et qui gardent le témoignage pour Jésus » (Ap 12, 17).

Mais le commencement reste toujours présent : nous savons que notre Père est auprès de nous, qu’il nous tient dans sa main, qu’il nous sauve. Le père Hans Peter Kolvenbach parle dans son livre d’exercices spirituels d’un starets orthodoxe qui ne pouvait s’empêcher « de faire réciter le Notre-Père en commençant par le dernier mot, afin qu’on devienne digne de clore la prière avec les paroles initiales : Notre Père ». De cette manière, déclarait-il, on prend le chemin Pascal : « on commence dans le désert avec la tentation, on retourne en Égypte, on parcourt à nouveau le chemin de l’Exode, par les stations du pardon et de la manne de Dieu, pour arriver grâce à la volonté de Dieu dans la Terre Promise, le Royaume de Dieu, où il nous communique le mystère de son Nom :  » Notre Père  » ».

Joseph_Ratzinger